Vous êtes ici : Accueil > Presse > sport-et-huile essentielle

 

Article écrit par Aude Maillard, aromathérapeute, paru dans le magazine Plantes et santé, du mois d’avril 2010.

Cet article appartient à l'auteur ainsi qu'au Magazine Plantes et santé, toute reproduction non autorisée est rigoureusement interdite.

 

Sport : les huiles essentielles du second souffle

Les huiles essentielles des courbatures, tendinites, entorses, crampes.

 

Courbature, tendinite, entorse, déchirure musculaire : le sport peut mettre notre corps à rude épreuve. Quel que soit le niveau de la pratique, occasionnelle ou intensive, l’aromathérapie aide à préparer le corps à l’effort et à récupérer. Ainsi, le plaisir de l’activité physique est préservé.

 

Afin de bien gérer l’effort physique, l’organisme doit s’appuyer sur un niveau énergétique suffisant. L’hygiène de vie, les mesures diététiques, le sommeil participent à entretenir ce bon état général, qui peut être renforcé le cas échéant par des cures de vitamines et de minéraux. La pratique du sport requiert également un bon état de fonctionnement des muscles et des tendons qui les attachent au squelette, ainsi qu’une bonne mobilisation des articulations et de leurs ligaments. Pendant l’effort musculaire, les réserves en oxygène, en glucides et en lipides sont mobilisées et des dérivés métaboliques sont relargués dans le muscle. Parmi eux, le fameux acide lactique qui, lorsqu’il s’accumule dans la fibre striée du muscle, l’engorge. Le muscle fonctionne alors moins bien, la douleur s’installe et la crampe menace. Préventivement, il est donc utile de favoriser l’irrigation sanguine du muscle et l’élimination des toxines métaboliques. Il existe des moyens pharmacologiques naturels pour accompagner l’effort musculaire, décontracter les muscles, prévenir les traumas, réduire les micro-foyers inflammatoires et favoriser la souplesse de l’appareil locomoteur.


Des huiles pour dépasser la nature

La gaulthérie couchée fournit une huile essentielle qui embaume et qui possède des propriétés rubéfiantes, c’est-à-dire qu’elle active la circulation du sang ; elle ne s’applique d’ailleurs pas pure sur la peau, sous peine de provoquer une belle irritation ! Instantanément, la zone massée est mieux irriguée, se réchauffe par l’intérieur.

Les phénomènes spastiques sont gérés par l’huile essentielle d’estragon – « l’herbe dragon » – qui est l’huile essentielle du hoquet. Une goutte sur un peu de mie de pain ou un sucre apporte un relâchement instantané du diaphragme et du plexus solaire. Elle agit en prévention de la crampe et de la douleur. Les propriétés de l’hélichryse italienne peuvent être comparées à celles de l’arnica, l’huile essentielle renfermant cependant toute la puissance des actifs aromatiques. Elle prévient les traumas et aide à résorber d’éventuels hématomes ou micro-déchirures musculaires qui peuvent survenir sur un muscle non habitué à la pratique sportive ou, a contrario, lors de pratique intensive. Sa place est évidente dans la trousse d’urgence du sportif professionnel ou amateur car elle accompagne d’une manière exceptionnelle (rapidité et efficacité) les processus de réparation et de cicatrisation des tissus enflammés.

Le romarin à camphre offre une huile essentielle très prisée pour toutes les douleurs musculaires, c’est un puissant myorelaxant qui soulage les crampes, en dissolvant les cristaux d’acide lactique et d’acide urique. Elle s’utilise avant l’effort pour prévenir et après l’effort pour récupérer.

 

Des huiles pour la récupération physique

La pratique sportive amène l’individu à toucher une limite organique, celle de la résistance de la structure corporelle aux répétitions. La récupération vise à restructurer les tissus endommagés pendant l’effort physique. C’est une phase importante pour le sportif occasionnel, qui lui évitera les courbatures, mais aussi pour celui de haut niveau qui pourra enchaîner plus rapidement les séances et faire progresser ses performances. Cette phase doit favoriser le drainage musculaire pour aider à l’élimination des toxines, responsables des courbatures. On privilégie donc la réhydratation, le repos et le massage, le plus souvent à base d’huiles essentielles.

Les plus intéressantes seront celle de romarin à camphre pour ses effets sur la détente musculaire et la circulation sanguine, celle d’hélichryse italienne pour éliminer tous les micro-foyers inflammatoires. Ceux-ci proviennent de lésions microscopiques que l’exercice inflige aux muscles ou aux zones articulaires. On peut y ajouter celle de menthe poivrée, qui est également un puissant anesthésiant du phénomène douloureux.

 

Un effet coup de fouet

Il existe en aromathérapie certaines huiles essentielles, riches en terpènes, qui possèdent des propriétés stimulantes de l’organisme. On les utilise volontiers en période de fatigue ou de convalescence. Elles agissent sur les glandes surrénales, qui fabriquent le cortisol. Cet effet cortison-like stimule la production naturelle de cortisone, aux propriétés anti-inflammatoire, antalgique et stimulante. Pour cela, on dilue l’huile essentielle d’épinette noire (60 gouttes) et celle de pin sylvestre (60 gouttes) dans une huile végétale (80 gouttes). On applique 6 à 8 gouttes en regard de la zone des reins, 2 à 3 fois par jour, pendant quinze jours. L’utilisation de ces huiles essentielles n’est pas prohibée dans le cadre des compétitions de haut niveau. Il serait donc dommage de se priver de ce petit cocktail énergisant et naturel ! En cas de compétition, commencer la cure au moins trois jours avant.

 

 

Le geste simple : l’eucalyptus citronné, un puissant antidouleur musculaire, tendineux…

Malgré sa fragrance de citronnelle, l’huile essentielle d’eucalyptus citronné provient bien d’un eucalyptus. Elle n’a d’ailleurs pas beaucoup de points communs avec les huiles essentielles d’eucalyptus radié ou celle d’eucalyptus globuleux qui s’utilisent dans les problèmes ORL. Elle est très appréciée dans le milieu sportif, car elle traite très efficacement les algies de différentes origines : contracture ou déchirure musculaire, tendinite, entorse, arthrose ou rhumatisme. Autre point positif, son prix est un des plus bas en matière d’aromathérapie. Toutes les douleurs touchant la structure et les fondements de l’individu trouvent un apaisement radical par simple massage.

À faire : diluer l’huile essentielle de 30 à 40 %, selon l’intensité de la douleur, dans une huile végétale de calendula ou de millepertuis, par exemple, et appliquer 6 à 8 gouttes sur la zone concernée, jusqu’à six fois par jour.

 

Les huiles des champions pour la performance mentale

Même si le corps est préparé et soutenu de manière optimale, les limites peuvent être posées par le psychisme. L’esprit de certaines plantes peut aider à réaligner les émotions et lever des blocages psychologiques, par simple effet olfactif, c'est le principe même de l'olfactothérapie. C’est le cas notamment de l’huile essentielle de laurier noble que l’on retrouve symboliquement dans une expression comme cueillir des lauriers, et qui est donc associée à la victoire. Sa fragrance apporte lors d’une compétition ou challenge sportif de la cohérence, de l’assurance dans ses actions, ainsi qu’une détermination à toute épreuve. C’est l’huile essentielle du vainqueur. Elle est aussi idéale pour donner de l’assurance lors d’un entretien d’embauche ou d’un examen. Pensez-y pour vos enfants !

À faire : déposer 1 à 2 gouttes de cette dilution à l’intérieur des poignets, joindre les mains sur le nez en couvrant les yeux puis respirer profondément, trois fois de suite. À commencer la veille de la compétition, jusqu’à six fois par jour. Pour les sports d’équipe qui font la part belle à la confrontation physique, la fragrance du romarin à verbénone donne le courage du laurier noble et permet de gérer au mieux l’adversaire.

 

Ma formule

Aude Maillard

Aromathérapeute

Prévenir les traumas, Formule à visée anti-inflammatoire, pour activer la microcirculation, réchauffer les muscles, les tendons, et les articulations, et soutenir le processus de récupération musculaire.

 

HECT de gaulthérie couchée    40 gouttes

Gaultheria procumbens

HECT de menthe poivrée        20 gouttes

Mentha x piperita

HECT de romarin à camphre    60 gouttes

Rosmarinus officinalis ct camphre

HECT d’hélichryse italienne      20 gouttes

Helichrysum italicum

HECT d’estragon    60 gouttes

Artemisia dracunculus

Huile végétale de callophylle   200 gouttes (10 ml)

Callophyllum inophyllum

Huile végétale de millepertuis  QSP 30 ml

Hypericum perforatum

 

– Préparation

• Dans un flacon en verre teinté de 30 ml muni d’un compte-gouttes verser les huiles essentielles selon les quantités indiquées, ajouter la callophylle et compléter le flacon avec l’huile végétale de millepertuis, agiter. L’huile végétale de callophylle est intéressante pour améliorer la fluidité du sang et donc la circulation.

 

– Mode d’emploi

• Appliquer 6 à 10 gouttes sur les muscles et articulations sollicités pendant l’effort, 3 à 4 fois par jour. Commencer 3 jours avant l’épreuve sportive et poursuivre les 3 jours qui suivent.

• Contre-indiqué chez l’épileptique, la femme enceinte et allaitante et l’enfant de moins de 6 ans, chez les sujets sous traitement anticoagulant (la callophylle fluidifie le sang).

• Attention : l’huile végétale de millepertuis est photosensibilisante. Ne pas s’exposer au soleil dans les quatre heures qui suivent l’application. Retrouvez tous les conseils de prudence et les risques de toxicité dans un autre article.

Aude Maillard, aromathérapeute

Consultation en cabinet dans les Yvelines, ou par téléphone 06 62 37 57 24